dimanche 25 janvier 2015

Guide de survie #3 : Disneyland en hiver

Je reviens avec un nouveau petit guide de survie ! Pour les nouveaux, je rappelle que ce genre d'article est bien évidemment très sérieux et apporte de nombreux conseils pour différentes situations. Aujourd'hui, je vais donc vous parler, en quelques points, de tout ce qu'il faut savoir et avoir pour survivre lors d'une journée à Disneyland en hiver ! 

1. Tôt, tu arriveras
En fait, ce point est valable pour toutes les saisons. Arriver pour l'ouverture du parc est très important, en effet plus tôt tu arrives et plus de manèges tu feras (ceci a été testé et approuvé par moi et mes copines). Il est très important de bien choisir l'attraction par laquelle tu commenceras, par exemple une qui n'a pas de FastPass (des petits billets coupe-file). 

2. Organisé, tu seras
Avant de partir, tu prendras soin de vérifier les attractions fermées le jour de ta visite. C'est une réelle perte de temps de courir vers un manège alors qu'il est en maintenance ! Dès ton arrivée, n'oublie pas de prendre un plan et un programme, car celui-ci est très important pour toutes les personnes aimant rencontrer les héros de son enfance (ou d'aujourd'hui) !

3. Des provisions, tu auras
Passer une journée à Disneyland revient à courir un semi-marathon. Là-bas, c'est beaucoup de marche (ou de course) d'une attraction à l'autre, et parfois beaucoup d'attente. Il est donc conseillé d'avoir avec soi une bouteille d'eau et plein de trucs à grignoter. De quoi bien tenir jusqu'à la fin de la journée !

4. Bien couvert, tu sortiras
Parce que Marne-la-Vallée, c'est un endroit à part il y fait toujours un peu plus froid qu'ailleurs. Et lorsque vous devez attendre dehors pour un manège ou une photo avec un personnage, on peut vite avoir froid. Il faut donc savoir se couvrir chaudement. Par exemple, en plein mois de décembre, je portais un débardeur, un pull, un gillet, une doudoune Uniqlo, un manteau, une grosse écharpe et un bonnet. J'avais également des collants sous mon jean et une paire de grosses chaussettes. S'amuser, oui ! Mais s'amuser sans attraper froid, s'il vous plaît.
(Merci à Mélodie pour l'idée du gif et à Blandine pour les photos.)


5 Économiser avant, il faut
Un billet en lui-même coûte cher (sauf si tu as la chance d'avoir un pass annuel), donc il te faudra faire des économies avant de t'y rendre. Mais il ne faut pas oublier que Disneyland ne signifie pas que manèges, c'est également le paradis des objets aux effigies des héros des Studios. Des peluches aux objets de cuisines, tu peux trouver de tout. Et il est difficile de ne pas craquer. Économise et impose-toi une limite, tu n'en repartiras qu'heureux.

6. Ton âme d'enfant, tu retrouveras
Ce lieu n'est réellement magique que si tu redeviens un enfant, que tu crois à tout ce que tu vois et que tu oublies que le Père Noël n'existe pas. Disneyland est un lieu où tout peut arriver, alors laisse l'adulte (ou les presque adulte que tu es) et émerveille-toi devant tout et n'importe quoi ! En fait, il suffit d'arriver là-bas : entendre la musique, voir les décors et c'est bon : tu retournes en enfance. Le plus dur en fait, c'est d'en partir.


Maintenant, vous êtes prêts pour Disneyland (en hiver) ! Je m'y rends vendredi prochain avec Blandine et Lucile, et je peux vous dire que je suis plus que prête, (presque) riche et couverte pour redevenir une petite fille !

Et si tu as du temps à perdre, tu peux regarder cette vidéo plus drôle qu'un vlog lors d'une journée par -4°C là-bas : 

mercredi 14 janvier 2015

Pause. Partir.

Il n'y a pas longtemps, j'ai pris plusieurs décisions. Dit comme ça, ça peut paraître étrange parce que finalement nous en prenons tous les jours, que ce soit à propos de choses concrètes ou insignifiantes. Sauf que cette fois-ci, j'ai fait un choix que je n'aurai jamais cru faire. Et même si ça fait peur, c'est aussi terriblement excitant.

Arrêter les études
Ou du moins, faire une pause. Personnellement, j'ai toujours bien aimé l'école, ça me donnait un but. Un emploi du temps, des choses à faire (ou ne pas faire). Et découvrir des choses, c'est cool. Et pourtant, j'ai décidé d'arrêter en plein milieu de l'année ma première année de Master. J'étais pourtant très motivée d'intégrer ce parcours; du journalisme culturel, ça ne peut être que cool, n'est-ce pas ? Oui, ça l'est. Mais ce n'est visiblement pas fait pour moi. Alors j'ai douté et angoissé, parce que j'étais complètement perdue. Que faire à la place ? Et j'avais surtout l'impression d'avoir échoué.
J'ai dû en discuter plusieurs fois et à différentes personnes pour comprendre ce qu'il y avait de mieux à faire. Mes amis me disaient d'arrêter si je ne me sentais pas bien. Mes parents voulaient que je termine l'année. Je savais que je n'avais ni la force ni la motivation de me forcer à faire lequel chose qui me déplaisait, mais je ne voulais pas non plus décevoir ma famille. Sauf que pour une fois, j'ai décidé de m'écouter et j'ai donc décidé d'arrêter dès la fin du premier semestre. Et je me sentis mieux.
Il y a toujours certains profs qui n'approuvent pas forcément, ils préfèrent que tu finisses l'année. C'est normal, ils ne veulent pas que tu ais perdu une année inutilement. Puis d'autres trouvent intéressants le choix de partir. Au moins, je sais que j'ai pris la bonne décision, et le reste de ma famille aussi.
Maintenant que j'écris cet article, je me rends compte que je ne regrette pas. Et si j'avais un conseil à donner, c'est celui de s'écouter et de faire ce qui semble être le mieux pour soi. Il est important d'en discuter, des amis ou des personnes plus matures peuvent aider à y voir plus clair. Je sais que sans certaines personnes, j'aurais continué à déprimer en allant en cours. Donc merci à tous ceux qui ont été là pour moi.

C'est un peu moi en ce moment, encore.

Réaliser un rêve
Tout le mal-être ressenti à cause de mes études fut finalement un déclic : partir, c'est ce dont j'avais besoin. Et réaliser un rêve, par la même occasion. J'ai toujours voulu partir à l'étranger et y faire jeune fille au pair. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est comme un petit boulot de baby-sitter sauf que tu vis avec la famille.
Libérée de l'université, j'ai donc décidé de me renseigner pour partir. A vrai dire, je ne sais toujours pas comment ça se passe vraiment au niveau de la paperasse, mais j'ai préféré me concentrer sur les recherches de famille. Je me suis donc inscrite sur aupair-world, un site qui permet de mettre en contact des familles et personnes voulant faire au pair. Le site est très pratique et envoie les profils qui correspondent à tes recherches. Même pas un mois après mon inscription, j'étais déjà en discussion avec trois personnes, et il y a quelques jours j'ai accepté de rejoindre une famille vivant dans le Surrey.
C'est encore tout nouveau, mais il me tarde vraiment qu'on organise mon arrivée là-bas. Et il est certain que je reviendrai très bientôt parler ici de toutes les démarches à faire pour devenir au pair. 

mercredi 7 janvier 2015

Charlie

Je m'étais dit que je n'écrirais rien dessus, les journaux et réseaux sociaux s'en occupent déjà assez bien. Et je n'ai rien à dire de plus sauf que je suis sincèrement et profondément choquée par cette violence. 

Je ne comprends pas que des gens puissent décider d'utiliser des armes à feu contre des personnes qui ne manient que des crayons.

Alors je me contente d'un court message pour apporter mon soutien aux proches des victimes.


Please, be my bestfriend

J'ai donc décidé de commencer 2015 en me donnant pour but de lire plus, c'est pour cela que j'ai, dès le 1er janvier, commencé l'autobiographie de Mindy Kaling.

Cette fille, c'est qui ? 
J'ai bien conscience que tout le monde ne la connait pas, son travail en France est trop peu connu encore. Mindy Kaling est une actrice, productrice et surtout scénariste de trente-cinq ans (alors qu'elle en fait moins). Elle est principalement connue pour son rôle dans The Office et sa série The Mindy Project.


Pourquoi parler de Lena Dunham quand on peut citer Mindy ? 
Certes la créatrice et actrice de Girls a fait un gros buzz, mais à trop vouloir en faire ça devient lourd. Et beaucoup trop prétentieux. Mindy Kaling est plus simple, plus drôle et plus sincère. C'est le genre de fille qui se prend la tête, comme toutes les filles et qui le reconnaît, celle qui s'assume avec ses défauts et qui les reconnaît. Elle a les meilleures références au monde. 

Son livre est un bon portrait d'elle-même, en le lisant (le dévorant plutôt), j'avais l'impression d'entendre sa petite voix aiguë et surexcitée dans ma tête. Elle ne prend pas de pincettes et raconte sa vie comme si le lecteur était sa meilleure amie. Is Everyone Hanging Out Without Me? fait rire, et surtout comprendre le parcours de cette femme. Tout n'a pas été rose, elle ne se plaint pas et il est facile de se reconnaître en elle. Et de comprendre qu'elle joue son propre rôle dans sa série. 

C'est une femme. Une vraie femme. Avec des complexes, avec des défauts, un peu chiante parfois, comme les clichés peuvent le montrer. Mais elle assume tout ça, et c'est ce qui la rend plus intéressante. Mindy est aussi une personne qui a réussi. Que ce soit dans la vie réelle ou dans The Mindy Project.

Quelques raisons qui font qu'elle serait la meilleure amie parfaite : 
  • elle mentionne Jane Austen;
  • elle fait de l'auto-dérision;
  • elle parle d'Harry Potter;
  • elle est un peu fangirl;
  • elle est intelligente;
  • elle me fait rire;
  • elle a gardé des enfants;
  • elle a créé une de mes séries préférées;
  • elle traîne avec B.J. Novak.

Quelques citations que j'ai retenu : 
""it's a good thing your turn in good drafts, because you are impossible to rewrite." Thanks Paul! All I heard was "Mindy, you're the best writer we've ever had. I cherish you. We all do.""

"But Carrell is just one of those infuriating, classy Jane Austen guys. Later, I would privately theorize that he never involved himself in gossip because - and I am 99 percent sure of this - he is secretely Perez Hilton."

"Or, as I think of it, I am a sensitive poet and Greg is a mean robot."

"We clung to each other with blind loyalty, like Lord Voldemort and his snake, Nagini."

(Pour être honnête, je n'ai même pas encore fini de le lire, mais j'avais vraiment hâte de vous en parler. Je ne suis pas encore arrivée à la partie où elle parce de Darcy, sinon je n'aurai cité que ce passage.)

Est-ce que vous l'avez lu ? Vous avez envie de le découvrir ? Comment avez-vous connu Mindy Kaling ? Et es-tu toi aussi fan de The Mindy Project

jeudi 1 janvier 2015

01.01.15

Bonne année à tout le monde ! 

J'espère que vous avez passé un bon réveillon, et que vous ne souffrez pas trop d'un mal de tête en ce début de nouvelle année.


Que réserve 2015 ? L'année passée fut pour moi quelque peu chaotique, j'en garde tout de même de bons souvenirs, mais globalement elle fut loin d'être parfaite. Alors en ce premier janvier, j'ai décidé que 2015 serait l'année du changement. Mais je ferai un article dessus plus tard, car j'ai besoin d'y penser plus sérieusement de manière générale. 

C'est aussi le temps de prendre des résolutions ! Et même si je ne les suis jamais, j'ai décidé de faire une micro liste : 

- Trouver des objectifs à atteindre par mois (parce que j'ai en fait la flemme de les trouver maintenant);
- Ne plus avoir la flemme;
- Reprendre le running sérieusement, dès que je n'aurais plus la flemme;
- Lire plus;
- Économiser plus; 
- Ecrire plus (trouver des idées plus intéressantes d'article que celui-ci); 
- Être plus gentille.

C'est un peu sous le signe du plus, parce qu'il est important de voir 2015 de manière positive, alors je veux voir en grand et tout faire pour réaliser mes rêves. 

Et vous, quelles sont vos résolutions ?