dimanche 30 août 2015

Défi de l'été : Coraline

Mon second livre de l'été est une histoire pour enfant écrite par Neil Gaiman, et ce fut un énorme coup de cœur ! Je tiens à préciser tout d'abord que je suis une grande fan de l'adaptation cinématographique, et que même s'il y a eu des changements faits, je me rends compte que l'univers est parfaitement représenté.


Coraline est une enfant un peu agitée, qui déteste s'ennuyer et qui adore partir en exploration. Elle vient tout juste d'emménager dans une grande maison séparée en plusieurs appartements. Ses parents ne font pas trop attention à elle et n'aiment pas l'avoir dans leurs pattes. Et un jour pluvieux, elle découvre une porte qui mène à un monde où vit son Autre Mère et son Autre Père, ainsi que des copies de ses voisins. Des personnes qui, dans cet univers, ont des boutons à la place des yeux.

Dès le début l'histoire est intrigante, elle s'ouvre sur un paysage éloigné et dans le brouillard, avec une enfant qui s'ennuie. C'est également très parlant. Il est facile pour n'importe quel enfant, et aussi adulte, de se retrouver dans le caractère de Coraline. Qui n'a jamais demandé à ses parents quoi faire pour occuper son temps, fatigué de relire les mêmes choses ou regarder encore la télévision ? Elle a un sacré caractère, Coraline, elle est un peu à part (comme son prénom chez les Anglais). Elle est originale, et ça c'est génial ! Elle affronte ses peurs, elle apprend de ses erreurs... Pour une enfant, elle est incroyablement courageuse et devient plus mature au cours du roman. Il est très intéressant de lire ça, et ce n'est pas sans rappeler Alice au Pays des Merveilles.

Le style de Gaiman est parfait pour les enfants, et encore une fois aussi pour les adultes ! La lecture de Coraline se fait comme un conte de fée, nous y retrouvons une situation initiale, l'élément perturbateur, les péripéties... J'ai personnellement essayé de savourer ce livre en ne le lisant pas d'un coup, comme pour suivre les mésaventures de cette enfant et de son ami le chat, et pourtant le tout est captivant ! Même en connaissant la fin, avec le film, il y a ce besoin de découvrir celle du livre. Parce que du bouquin à l'écran, il y a quelques changements et ajouts. Dans la version originale, par exemple, il n'y a pas de poupée à l'effigie de Coraline et cette dernière n'est aidée que par le chat.

C'est donc un coup de cœur pour Coraline ! Neil Gaiman a su me convaincre de lire ses autres romans, et que son univers était à la fois intriguant et inquiétant, tout ce que j'aime. 

mercredi 12 août 2015

Cinéma : les films qui m'ont marquée

Il y a un moment déjà, j'avais demandé sur Twitter si vous aviez des idées d'articles, et @Missmousticat m'a demandé d'en faire un sur les films qui m'ont le plus marqué. J'aime parler de cinéma, je pense que vous le savez déjà, donc c'est avec plaisir que je vais vous décrire brièvement pourquoi les trois films dont je vais parler m'ont marquée.

Mais parfois un film marque pas seulement pour son contenu, mais aussi dans les conditions dans lesquelles il a été découvert.

Moulin Rouge, de Baz Lurhmann.

C'est mon film préféré ! Et je ne saurais décrire le sentiment que j'ai ressenti lorsque j'ai redécouvert ce film à l'âge de 13/14 ans : c'était un peu de tout. Et je me revois fondre en larme, toute seule dans ma chambre. J'aime la mise en scène, l'histoire racontée et les acteurs. J'imagine que c'était la première fois qu'un film me faisait découvrir toute la richesse du cinéma : costumes, décors, chansons... C'est un monde théâtral dans le monde du cinéma. Et le duo d'acteur est l'un de mes favoris de tous les temps. Les chansons me donnent autant envie de pleurer que de danser, et c'est ce que j'aime dans le cinéma : la diversité des émotions que l'on peut ressentir devant un film.


Eternal Sunshine of the Spotless Mind, de Michel Grondry.

Si j'ai découvert ce film, c'est par simple curiosité de voir un personnage porté mon prénom. Et ce fut un coup de cœur ! Je pense que c'était la première fois que je voyais quelque chose d'aussi complexe, si bien que j'ai dû le regarder une seconde fois dans la même journée. J'ai découvert l'esprit humain, les sentiments, d'une manière totalement différente jusque-là. Et le concept du film est tout simplement génial, mais je n'en dis pas plus de peur de gâcher la surprise. C'est aussi une histoire qui me rend à la fois incroyablement heureuse et triste, où j'arrive à me mettre à la place des personnages, où en voyant leurs souvenirs je revisite les miens. 

Buried, de Rodrigo Cortés.

Je l'ai seulement découvert l'an dernier : enfermée dans ma chambre, dans le noir et la couette remontée jusque sous le nez. Je suis un peu claustrophobe, mais aussi un peu maso, comme vous pouvez le voir. Mais je n'ai pas du tout été déçue pour ce film : un huis clos qui ne lasse pas, qui durant 90 minutes arrive à tenir en haleine, jusqu'à la dernière seconde. Il y avait longtemps que je n'avais pas été aussi angoissée et fascinée devant ma télévision. Ce film m'a marqué par sa force à nous captiver, par un Ryan Reynolds qu'on me vendait depuis longtemps comme un mauvais acteur. Là, seul à l'écran, il est incroyable. 

Il y a tellement de films, et tous m'ont plus ou moins marquée d'une manière ou d'une autre, que ce soit en bien ou non.Et j'aimerais pouvoir tous les citer, comme Grease qui fut ma première comédie musicale, Titanic dont je ne me lasse pas, ou tous les Classiques des Studios Disney, mais j'aurais bien peur de vous ennuyer et c'est aussi personnel, pour moi. Ce qui veut dire : difficile d'en discuter sans s'en mêler les pinceaux. 

Et vous, quels films vous ont marqué ?

mercredi 5 août 2015

Être au-pair : comment s'occuper ?

Me revoici avec un article sur mon "boulot" d'au-pair ! Les guillemets sont là parce que pour être franche, ce n'est pas vraiment un travail, pour moi, même s'il y a des horaires et des tâches à respecter, ça reste des choses de la vie de tous les jours. Et il y a en plus de ça, beaucoup de temps libre ! Voilà pourquoi, j'ai décidé de vous faire une petite liste des choses à faire pour ne pas trop s'ennuyer.

Parce que si vous êtes au-pair dans une grande ville, il est facile de s'occuper en sortant, mais aussitôt que vous vous retrouvez dans un petit village avec deux bus par heure au tarif de 5,5£ l'aller-retour, ça fait mal au porte-monnaie. 

Suivre des cours de langue

Puisque souvent le pays choisi est aussi pour améliorer son niveau et devenir bilingue, il est utile de prendre des cours de langue. Bien sûr, avec la host family, on progresse tout aussi vite, mais l'avantage des cours, c'est qu'il y a de la grammaire et que ceux-ci peuvent aider à se préparer pour un diplôme. Et ça fait toujours bien sur un CV. 

Créer un blog


C'est un bon moyen pour s'occuper, car s'occuper d'un blog peut prendre beaucoup de temps. C'est aussi une manière comme une autre de garder une trace de votre aventure, tout en partageant avec vos amis et proches, parfois même des inconnus. Vous pouvez écrire sur ce que vous vivez, découvrez ou des anecdotes marrantes. C'est franchement chouette !


Avoir un petit projet à côté

Peu importe ce qu'est ce projet, mais ça peut aider à se focaliser et à ne pas trop se morfondre de rien avoir à faire quand les enfants sont à l'école.

Visiter le pays

Être au-pair, c'est surtout une expérience pour découvrir une culture différente et un pays inconnu, c'est pourquoi les weekends sont souvent libres. Le mieux est donc d'en profiter pour prendre le train et partir dans des villes à visiter. Si vous vous arrangez bien, avec du co-voiturage par exemple, il est possible de partir en vadrouille sans dépenser tout votre salaire de la semaine. Que ce soit une journée ou tout le weekend, ça fait toujours du bien de partir et de découvrir quelque chose de nouveau.


Rencontrer de nouvelles personnes

Vive Facebook et ses groupes, car sans eux, je n'aurais personne avec qui "visiter le pays" ou même aller boire un café, lors de mon temps libre. Et l'avantage de rencontrer des personnes qui sont également au-pair, c'est qu'elles viennent de partout. C'est vraiment intéressant de pouvoir discuter avec plein d'étrangers.

Et puis d'autres petites choses auxquelles vous pouvez consacrer votre temps libre : lire, regarder des classiques, faire du sport, s'améliorer dans quelque chose, dormir (ou pas), réfléchir sur soi-même, prendre soin de soi. Le plus important est de savoir répartir son temps entre les tâches à faire et celui pour vous, autrement on peut vite finir par être débordé ou à déprimer à cause de l'ennui.

lundi 3 août 2015

Bath, les eaux de Sulis

Si vous êtes en Angleterre, et que vous commencez à vous fatiguer des petites maisons aux briques rouges ou même de Londres (mais qui peut s'en fatiguer ?), vous pouvez faire une pause et vous rendre dans la jolie ville qu'est Bath, dans le Somerset.

Autrefois populaire pour ses bains, il était commun de s'y rendre pour l'automne, l'hiver ou le début du printemps. Les gens s'y rendaient principalement pour des raisons de santé, pour s'y baigner et boire un verre d'eau aux vertus guérisseuses, mais également pour côtoyer la société et profiter de bals, théâtres et concerts, tout cela avec l'air frais de la campagne.








Le fameux Royal Crescent.

Vous y trouverez là-bas de nombreux lieux culturels, comme la galerie Victoria Art, The Fashion Museum ou encore les fameux bains : The Roman Baths. J'ai visité ce dernier lieu, et c'était très intéressant. La visite n'est pas très longue, et diverse : les bains sont visibles, et leur histoire est très bien racontée. J'ai donc eu le plaisir de découvrir le nom romain de Bath : Aquae Sulis. De ses origines, en passant par la source jusqu'au Temple de Minerve où les habitants laissaient des messages que l'on peut découvrir, aux changements faits au cours des siècles, en finissant par un verre de cette fameuse eau (qui est chaude et a un goût étrange), on apprend presque tout de cet endroit mythique.








Bath est aussi réputé pour être un lieu commun dans les romans de Jane Austen, c'est donc sans surprise que l'on y trouve le Jane Austen Centre là-bas. Je n'ai vu que la boutique, et même dans cette pièce si petite, j'ai failli mourir de bonheur. C'est d'ailleurs là où se déroule le Festival pour les fans de Jane Austen en septembre.

La fan heureuse qui retrouve son Darcy favori.
Mais la ville est aussi agréable par elle-même, avec ses petites rues bordées de maisons blanches ou crèmes, les pavés et le calme qui y règne lorsque l'on quitte les coins touristiques. Il y a également de nombreux parcs aussi jolis les uns que les autres. C'est aussi également très fleuri, comme vous pouvez le voir sur les photos. Et il n'est pas difficile de trouver un endroit mignon où prendre le thé, je recommande par exemple You & Me.

Le discret mais qui n'en est pas moins joli : Henrietta Park.